Infraction de culture de stupéfiants - International Lawyers Associates

Infraction de culture de stupéfiants

Si vous ou vos proches êtes détenus pour une infraction pénale, nous pouvons vous aider.

En attendant la présentation des motifs, on reconnaît la solution apportée par la Cour de Cassation pour les Sections unies à une question d'un grand intérêt juridique, ainsi que social, en ce concernant la pertinence pénale de la pratique de la culture de stupéfiants.
En attendant la présentation des motifs, on reconnaît la solution apportée par la Cour de Cassation pour Sections unies à une question d'un grand intérêt juridique, ainsi que social, en ce concernant la pertinence pénale de la pratique de la culture de stupéfiants.

Les Sections Unies ont affirmé le principe de droit suivant : « L'infraction de culture de stupéfiants est établie indépendamment de la quantité de principe actif qui peut être immédiatement obtenue, étant suffisante la conformité de la plante avec le type botanique prévu et sa capacité, due également aux méthodes de culture utilisées, à atteindre la maturité et à produire des substances stupéfiantes. Toutefois, on doit considérer comme exclues du champ d'application de la loi pénale les activités de culture à petite échelle réalisées au niveau domestique qui, en raison des techniques rudimentaires utilisées, du petit nombre de plantes, de la très faible quantité de produit pouvant être obtenue et de l'absence d'autres indications qu'elles font partie du marché des stupéfiants, semblent être destinées exclusivement à l'usage personnel du cultivateur. »

La pratique de la culture de stupéfiants, sanctionnée par l'art 73 DPR 309/90, fait l'objet d'un long débat, comme le montrent les fréquentes interventions des décisions de légalité constitutionnelle.

A ce jour, deux écoles de pensée se sont développées : la première, plus rigoureuse, considère que l'oofensivité du fait consiste dans la capacité de la plante à produire la substance destinée à la consommation, de sorte que ce n'est pas la quantité de principe actif pouvant être obtenue immédiatement qui doit être prise en compte, mais plutôt la conformité de la plante au type botanique envisagé et sa capacité, également en raison de la forme de culture, à mûrir et à produire la substance stupéfiante. En d'autres termes, le juge de première instance doit déterminer, dans le cas qui lui est soumis, la quantité de principe actif qui peut être obtenue dans cet état spécifique de culture, mais seulement constater le type botanique et son aptitude à produire une substance stupéfiante destinée à la consommation, car l'infraction ne réside qu'en cela. L'infraction est donc considérée comme une mise en danger présumée et une consommation anticipée. En cas de résultat positif de ces enquêtes, le juge pourra établir la culpabilité.

Toutefois, selon d'autres lignes directrices, il est nécessaire que le comportement soit non seulement considéré comme une infraction de manière abstraite (la culture crée une nouvelle disponibilité de drogues et augmente le marché relatif), mais aussi en termes concrets, au moins à un degré minimum. Il s'ensuit que le juge de première instance devra effectuer un double contrôle : d'une part, déterminer si la plante en question appartient au type botanique indiqué par la loi et, si elle est mature, déterminer si elle a atteint le seuil minimal de dopage. D'autre part, il faudra déterminer si le comportement est réellement punible.

Selon les partisans de ce dernier courant, plus garanti, le juge devrait acquitter le prévenu dans le cas où la substance est destinée exclusivement à l'usage personnel, compte tenu de l'étendue minimale de la culture, comme pour exclure la possible diffusion de la substance et, par conséquent, l'expansion de la culture (Cass. Pen. Section VI 26 février 2016, n. 8058).

Como se ha señalado en el pasado, el art. 73 del Decreto Presidencial 309/90 tiene como objetivo ?la protección de la salud, la seguridad y el orden públicos mediante la lucha contra el narcotráfico? que no serán afectados por prácticas de cultivo a pequeña escala, simplemente finalizados al consumo personal y no adecuados para determinar la circulación de la droga.

El juez de primera instancia que enfrenta un caso de cultivo tendrá que comprobar si la conducta individual de cultivo es realmente inofensiva excluyendo su punibilidad, apoyándose en la figura del delito imposible (art. 49 del Código Penal), según establecido por Tribunal Supremo de Justicia con la sentencia no. 109/2016, o reconociendo una falta de tipicidad de la conducta en cuestión.

Le principe de droit exprimé par les Sections unies de la Cour de Cassation italienne, avec l'information provisoire faite le 19.12.2019, semble partager la nécessité d'une analyse précise du cas concret, en identifiant une série d'indices symptomatiques de la destination des plantes pour un usage purement personnel qui, comme souligné, n'a pas de pertinence pénale selon l'art. 73 DPR 309/90.

L'usage exclusif prévu de la substance stupéfiante peut être déterminé à partir d'une série d'éléments éprouvés au cours du processus, tels que :

  1. l'utilisation de techniques de culture rudimentaires,
  2. le nombre « faible » de plantes,
  3. la cantidad «muy modesta» de sustancia estupefaciente.

Dans un sens négatif, il est également exigé qu'il n'y ait pas d'indices capables de prouver l'insertion sur le marché de la drogue. À présent, il n'est pas encore possible de savoir quels sont les détails du cas qui a fait naître le principe établi, ni de définir à l'avance ce qu'il faut entendre exactement, en termes numériques, par « un petit nombre de plantes et une quantité très modeste de substance stupéfiante ». Par conséquent, en l'absence d'une définition réglementaire précise, ces paramètres restent soumis à l'appréciation discrétionnaire du juge individuel.

Cependant, il convient d'évaluer les informations provisoires des Sections unies dans un sens positif, qui pourrait guider la jurisprudence future vers une analyse par étude de cas de la pertinence pénale des pratiques de culture, conformément au principe général d'offensivité.

Si vous ou vos proches êtes détenus pour une infraction pénale, nous pouvons vous aider.

Nous pouvons vous représenter dans toute l'Italie.

Si vous ou un membre de votre famille êtes en arrêt en Italie ou ailleurs dans le monde, nous pouvons vous aider.

Contactez-nous

Envoyez-nous votre question en remplissant le formulaire et nous vous répondrons le plus tôt possible. En cas d'urgence, vous pouvez nous contacter directement via WhatsApp ou nous appeler par téléphone.

    Bon article concernant la culture de la drogue.
    • Carmen Chavales
    5

    Résumé

    À présent, il n'est pas encore possible de savoir quels sont les détails du cas qui a fait naître le principe établi, ni de définir à l'avance ce qu'il faut entendre exactement, en termes numériques, par « un petit nombre de plantes et une quantité très modeste de substance stupéfiante ». Par conséquent, en l'absence d'une définition réglementaire précise, ces paramètres restent soumis à l'appréciation discrétionnaire du juge individuel.

    Envoi
    Avis des utilisateurs
    5 (1 Voter)


    fr_FRFrançais